Image_10
A peine sortie de la guerre de 1939-1945, La France saute à pieds joints dans la société de consommation au cri joyeux de : Soyons modernes !»
Pendant toute la période des Trente Glorieuses, le cinéma et surtout ses publicités reflètent l'euphorie de ce nouveau mode de vie.

Publicitaire passionné, Jean Mineur, le «magicien de l'entracte», lance l'emblématique Petit Mineur dont les aventures précèdent et clôturent la traditionnelle diffusion des films publicitaires. Du café soluble au distributeur de billets en passant par le téléviseur et la révolutionnaire machine à laver le linge, le grand écran devient le témoin d'une course permanente à l'innovation.

Passées au crible de la plume enthousiaste de Fabrice Carlier, les quatre cents illustrations de cet ouvrage, tirées pour l'essentiel des films originaux conservés par la société Médiavision-Jean Mineur, racontent la naissance et le développement de la société de consommation en France.

Fabrice Carlier est spécialiste de l'univers des sondages et des médias. Bon connaisseur du milieu de la publicité, il a notamment occupé la direction du marketing et de la communication de Mediavision - Jean Mineur. Il est également l'auteur de la première biographie de Jean Mineur (Flammarion, Littérature générale, à paraître en septembre 2006) et le commissaire de la grande exposition qui lui sera consacrée à l'Hôtel de Ville de Valenciennes à partir du 7 septembre 2006. www.jeanmineur. com Caroline Mineur, fille de Jean Mineur, a apporté son concours au livre et Maurice Lévy, Président du directoire Publicis Groupe, en signe la préface.

Extrait du livre :
Ce livre nous ramène ainsi à un siècle qui n'est plus le nôtre, et ce n'est pas le moindre de ses charmes que d'éveiller la nostalgie d'une certaine époque: celle où le cinéma était le centre de la vie sociale, culturelle et même politique de la France. En feuilletant ces pages, on retrouve l'air d'un temps où tout se passait au cinéma: c'était là, en particulier, et nulle part ailleurs, qu'on suivait les «actualités»; les images du grand écran, en même temps que la voix nasillarde des speakers, étaient alors - pour ceux, nombreux, qui restaient réticents devant l'écrit- la seule source d'information. La publicité au cinéma venait donc frapper les esprits au moment précis où ils étaient le mieux disposés à s'ouvrir au monde de toutes les façons: en se distrayant, en s'évadant, en s'amusant, mais aussi en s'informant.
Il n'y a pas la publicité d'un côté et le cinéma de l'autre. Fabrice Carlier montre avec talent que l'histoire de la publicité au cinéma s'inscrit dans l'histoire du septième art au sens le plus noble du terme : c'est par la publicité que de nombreux acteurs se sont révélés (l'exemple le plus savoureux offert ici au lecteur est probablement celui de Louis de Funès). Et c'est par elle aussi que d'autres ont choisi d'achever, sinon de couronner, une carrière dont les succès avaient déjà été étincelants: Fernandel a mis ainsi sa gouaille raffinée et sa gaucherie étudiée au service des marques. N'est-ce pas là un fort beau symbole, qui permet de rendre justice à une activité si longtemps ignorée, voire méprisée ? La publicité est culture, elle fait partie intégrante de ce paysage dont les multiples nuances et les innombrables couleurs constituent la mémoire d'un peuple.

Conseillez le livre "La Publicité fait son cinéma" à un ami

Image_6Image_9









Image_14Image_15







 

Image_16





ISBN : 2-08-011612-6
Format : Broché
Auteur : Fabrice Carlier
Editeur : Flammarion