Vivienne Art Galerie vous invite à l’exposition “Les ailes de ma Vérité” de l'artiste vietnamienne Nam Eun-Jung, 남은정. Sculpteur de formation, la plasticienne Nam réalise des œuvres en verre soufflé ainsi que de la peinture et de la photographie.

Depuis quelques mois, Nam Eun Jung, petite soeur d’Icare, rêve d’ailes. Elle tente, à tire d’aile, de fuir ses lourds souvenirs, de mettre son pays natal, sa caste familiale à distance, de se libérer. Il lui faut devenir l’oiseau, une femme-oiseau. Comme en un cérémonial d’exorcisme, elle collecte patiemment d’anciennes figurines de porcelaine, figées dans leurs attitudes surannées ; puis elle les munit de précieuses ailes de verre et les habille de hauts jupons soufflés, crinolines érigées comme ces tours où l’on enferma de légendaires héroïnes, et d’où ses créatures semblent guetter un impossible envol. Mais leurs ailes de verre, belles et transparentes, sont inaptes au vol, ce sont d’inutiles élytres, fragiles et lourdes à porter, rêves d’elle, de femme emprisonnée dans son carcan mental : Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ? Depuis ses débuts en 1999, avec « Heart and figures », on voit Nam Eun-Jung, sculpteur de formation, préoccupée par la dramaturgie des sentiments. Sa deuxième exposition « Dreams of wedding » exploitait le thème de la mariée dont la jolie robe en métal tenait de la cage, tandis que le bouquet de fleurs s’épanouissait en corolles de verre, un verre déjà porteur de beauté et d’espoir. Ont suivi en 2002 « Les larmes », larmes de désespoir, de révolte, de rage, de chagrin mais aussi de rire et de joie, lors  d’une exposition à Venise puis au Centre Culturel Coréen à Paris. Le verre chez Eun Jung est la langue du cœur délivré.  By art historian Mireille MAZET

Seraient-ce l’élégance et la féminité qui caractérisent N  AM ? Serait-ce sa discrétion ? Certainement. Mais aucun qualificatif ne saurait être suffisant dans son cas sans y associer une dure et violente détermination si contrastée avec la jeune femme qui paraît. Le fait d’un artiste est de s’exprimer et de permettre à l’autre d’approcher son Réel. Les œuvres de NAM, dans ce sens, nous autorisent à percevoir un bout de son être, elles nous associent aux mêmes sentiments, du moins peut-on le croire ou l’imaginer.
Il est bon de savoir qu’elle ne triche pas. Ses créations occupent sa vie et sa vie occupe ses créations.

Qui décide quoi ? NAM qui rompt avec sa culture, le confort, l’affection et l’aisance familiale pour n’avoir qu’à se consacrer à son art ou alors est ce la vie et les responsabilités qui s’imposent à elles, la rattrapant à chaque fois par la manche mais pour mieux nourrir son imaginaire et produire de nouvelles créations ? Tantôt petite fleur, tantôt larmes, tantôt déchirure et absence mais toujours une violence présente qui s’impose à nous, une fausse naïveté, une fausse simplicité, un violent besoin de s’exprimer.

Et ses ailes : sont-elles celles d’anges innocents et asexués des paradis ou celles de la liberté ; ses cieux délirants sont bien ouverts au vogueur. Et je la sais  en ces nuits sans fonds dormir et s’exiler comme un million d’oiseaux d’or… Quels sont ses parapets de référence ? Rimbaud regrettait la vieille Europe mais allez savoir ceux de NAM… Elle est en tout cas iconoclaste dans sa recherche de liberté, elle ne fait pas de concession pour s’affranchir du poids des cultures et des normes qui y sont associées et qui contraignent. Elle organise sa vie ainsi prenant des décisions radicales et coûteuses à tous points de vue pour rompre avec les siens, rebâtir de nouveaux espaces personnels.

Ceci donne un sens fort de vérité à sont travail.

Tout cela agit sur son être et son être est dans ses créations. Elles paraphrasent les événements de sa vie et sont les symboles de sentiments vécus, des aide-mémoire qui subsistent pour se rappeler par où chacune et chacun passe. NAM a certainement choisi le verre pour son inaltérabilité, fait rassurant. Pour les couleurs qu’il produit. Et aussi pour sa fragilité et sa vulnérabilité. Serait-elle cynique en suggérant également que la vie se brise ?

Denis GARCIA | Directeur du CERFAV | 23 XII 2009

PROCHAINE EXPOSITION DE NAM: ART CANNES | PALM BEACH | DU 22 AU 25 AVRIL 2010 | BOOTH 17 | MARIE LARANJEIRA, VIRGULES AGENCY

EXPO_250310_NAM